IL Y AVAIT UNE SORCIERE qui PRATIQUE

IL Y AVAIT UNE SORCIERE qui PRATIQUE

LE LIVRE DU BONHEUR de Marcelle AUCLAIR

Un drôle de livre dont on s'est débarrassé.

 

La couverture fleurie ne m'a pas attirée de prime abord mais son côté suranné a emporté mon élan et je l'ai invité à ma maison en m'en saisissant pour finalement l'adopter...

 

En cherchant une date d'édition, j'ai trouvé un achevé d'imprimé daté du 9 avril 1963 et d'un copyright de 1959. 

 

 

Un petit résumé :

 

"Marcelle Auclair livre ici les clés d'un présent habité pleinement, d'un quotidien plus léger, où chaque chose est à sa juste place. À partir d'expériences personnelles, elle partage des conseils simples et concrets pour apprendre à lutter contre nos peurs et à trouver le bonheur en nous-mêmes."

 

(Source : https://www.bookeenstore.com/ebook/9782021350340/la-pratique-du-bonheur-marcelle-auclair)

 

 

J'ai cherché qui était Marcelle AUCLAIR :

 

Sur Wikipédia : Marcelle Auclair, née le 11 novembre 1988 à Montluçon et morte le 6 juin 1983, est une femme de lettres française, cofondatrice du magazine MArie Claire avec Jean Prouvost dont elle divorcera en 1939.

 

Marcelle Auclair est l'auteur de deux ouvrages populaires de psychologie appliquée nommés :

  • Le bonheur est en vous  1951
  • La Pratique du bonheur  1956

Ces ouvrages restent aujourd'hui un témoignage important de la vie quotidienne dans les années 50 et de la vision du bonheur à cette époque optimiste (la première année de cette décennie voit la parution d’un numéro de La Nef de Lucie Faure, intitulé L’amour est à réinventer, dans lequel figure la signature de Marcelle Auclair aux côtés de celles d’autres écrivains comme Jacques Audiberti, Amile Danoën, Maurice Druon et Roger Vailland. 

À la demande de nombreux lecteurs, elle a regroupé ces deux volumes en un seul, Le Livre du bonheur publié en  1959 aux éditions du Seuil.

Une phrase en indique l'esprit : L'amour, ce n'est pas un grand mot, mais plein de petits gestes.

 

Elle écrit les biographies de Lorca, de Bernadette Soubirous, de Jean Jaurès et de Thérèse d'Avila dont André Maurois déclare qu'il s'agit d'une biographie parfaite. Elle traduit le théâtre de Lorca.

 

Ce que j'en pense :

 

Bien sûr rien de neuf sous le soleil mais tout de même nous sommes en 1959 et il est question tout au long de ce livre de la parole et de la pensée créatrices, avec des exercices pratiques quotidiens à réaliser pour chasser les idées négatives, j'adore l'idée de la clochette, c'est génial et loufoque à la fois.

 

Je vous explique :

Page 148 : Coups de clochette (120)

Agiter une clochette à chaque fois qu'une pensée négative arrive à l'esprit... 

 

 

 

 

 

 

Parce que la pratique est trop bruyante, Marcelle Auclair préconise d'utiliser une autre méthode, celle de refuser, de repousser nos peurs, nos refus de toute espérance. Chassons de manière constante toute pensée de crainte, de critique, de non-amour à la seconde même où elle traverse notre cerveau

 

La transmutation de la pensée négative en pensée positive doit être INSTINCTIVE, RAPIDE. Et persévérez malgrè les rechutes !!!

 

Autres remarques sur le livre : 

 

De nombreuses imageries chrétiennes mais qui ne gênent pas la lecture et le propos n'est pas du tout intégriste bien au contraire.

 

Je ne suis pas d'accord sur le point de vue des contes de fées dans le chapitre 77 intitulé "Loups-Garous". Pour ma part, l'apport des contes merveilleux est indéniable, toutefois, il faut veiller à les raconter au bon âge...

 

Nous devons aimer notre prochain comme notre frère mais je dirai quid des manipulateurs, comment éviter de se laisser maltraiter... Le discours est parfois un peu trop béni oui oui...

 

Marcelle AUCLAIR parle de l'amour avec un grand A... Et de notre Bonheur avec un petit B... notre travail intérieur en filigrane...

 

 

Quelques autres conseils pour élever ses vibrations (pas dit comme cela bien sûr) :

 

- N'admettez pas des zones obscures dans votre existence. La lumière est : il n'est que de tourner le bouton. (p. 93)

 

- Faites l'effort de chercher d'abord le royaume. (p. 105)

 

- Devant une difficulté, dans le danger, dans la peine, recueillez-vous. Se recueillir n'est pas réfléchir : c'est prêter l'oreille à notre voix intérieure, la petite voix cachée. Les solutions, les réponses, les réconforts vous seront donnés, la lumière viendra si, faisant taire votre intelligence humaine, vous vous tournez vers celui qui est la lumière du monde : il est en vous. (P. 108)

 

- Vous ne mangez pas seulement des légumes, de la viande mais les mots prononçés autour de vous, et vos pensées s'intègrent au bol alimentaire... Veillez, à table, à ne consommer et à n'offrir que de la force et de la joie. (p. 117)

 

- N'oubliez jamais que vos pensées modèlent vos traits (p. 131)

 

- Donnez d'un coeur libre (p. 222)

 

- Balayez au fin fond de votre coeur toute rancune envers un ingrat. Il vous a donné, déjà, quelque chose de splendide : l'occasion d'être généreux. Bénissez-le ! (p. 230)

 

- Cessez de vous détruire. Construisez-vous. (p. 240)

 

- Pas de discours : des actes. (p. 277)

 

- Refusez-vous aux vaines discussions et, plus encore, aux querelles. Comment y parvenir ?

Tant de gens sont d'enragés chicaneurs ! Tant d'autres aiment tant à vexer, à blesser !

1) Dès que le ton d'une conversation monte, baissez la voix.

2) Pendant que votre interlocuteur s'énerve ou s'exalte, priez pour lui en silence. Cela ne le calmera pas toujours sur le moment, mais un jour ou l'autre il en ressentira les effets. Quant à vous, vous demeurerez imperturbable, en paix, sur les hauteurs. (p. 279)

 

 

 

 

 

 

 

 



11/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres