IL Y AVAIT UNE SORCIERE qui PRATIQUE

IL Y AVAIT UNE SORCIERE qui PRATIQUE

LES SABBATS


En attendant MABON

Mabon (21 septembre)

 

C'est le temps de l'équinoxe d'automne et la récolte tire à sa fin.

Les champs sont presque vides, parce que la récolte a été ramassée et stockée pour l'hiver qui arrive.

Mabon est le milieu de la fête de la moisson et nous prenons quelques moments pour honorer les saisons changeantes et célébrer la deuxième récolte.

Autour du 21 septembre, pour beaucoup de Païens et de Wiccans, c'est un temps de remerciements pour les choses que nous avons, la récolte abondante ou autres bénédictions.

 

La Science de l'Équinoxe :

 

Deux jours par an, les Hémisphères sud et du Nord reçoivent la même quantité de lumière solaire.

C'est parce que la terre est inclinée à 90 degrés par rapport au soleil et le soleil est directement sur l'équateur.

En latin, l'équinoxe de mot traduit par "égaler la nuit." L'équinoxe d'automne a lieu sur ou autour du 21 septembre et son homologue du printemps autour du 21 mars. Si vous êtes dans l'Hémisphère nord, les jours commenceront à raccourcir après l'équinoxe d'automne et les nuits deviendront plus longues - dans l'Hémisphère sud, le changement est inverse.

 

Traditions Mondiales :

 

L'idée d'une fête de la moisson n'a rien de nouveau.

En fait, les gens l'ont célébré pendant des millénaires, dans le monde entier.

En Grèce antique, Oschophoria était un festival tenu à l'automne pour célébrer la récolte de raisins pour le vin.

Vers 1700, les Bavarois ont inventé Oktoberfest, qui commence en réalité la dernière semaine de septembre et c'était un temps de grande fête et de gaieté, toujours existante aujourd'hui.

Le festival du milieu de l'Automne en Chine est célébré la nuit de la Pleine lune et est un festival honorant l'unité familiale.

Remerciements :

Bien que le jour férié américain traditionnel de l'automne, Thanksgiving, en novembre, beaucoup de cultures voient le deuxième temps des récoltes de l'équinoxe d'automne comme un temps pour offrir ses remerciements.

Après tout, c'est le temps où l'on compte la récolte faite, où l'on voit la graisse de nos animaux et si votre famille pourra manger pendant l'hiver qui arrive.

À l'origine, le jour de Thanksgiving était célébré le 3 octobre, ce qui a beaucoup plus de sens pour l'agriculture.

 

En 1863, Abraham Lincoln a publié sa "Proclamation de Thanksgiving", qui a changé la date au dernier jeudi de novembre.

En 1939, Franklin Delano l'a ajusté une fois de plus, le faisant passer au deuxième jeudi, dans l'espoir d'augmenter les ventes du jour férié après la grande dépression.

Malheureusement, tout cela a désorienté les gens.

Deux ans plus tard, le Congrès l'a finalisé, disant que le quatrième jeudi de novembre serait celui de Thanksgiving, chaque année.

 

Les symboles de la Saison :

 

La récolte est un temps de remerciements et aussi un temps d'équilibre - après tout, il y a autant d'heures de lumière du jour et que d'obscurité.

Tandis que nous célébrons les cadeaux de la terre, nous acceptons aussi que le sol meurt.

Nous avons la nourriture pour manger, mais la récolte est brune et inerte.

La chaleur est derrière nous, le froid devant.

Quelques symboles de Mabon :

Légumes d'automne. Pommes et tous les aliments fait avec. Graines et cosses Paniers, symbolisant la collecte de la récolte Faucilles et faux Raisins, vignes, vin

Vous pouvez utiliser n'importe lequel d'entre eux pour décorer votre maison ou votre autel à Mabon.

 

Amitiés :

 

Les anciennes sociétés agricoles ont compris l'importance de l'hospitalité - il était crucial de développer une relation avec vos voisins, parce qu'ils pourraient être ceux qui vous aideront quand votre famille est à court de nourriture.

Beaucoup de personnes, particulièrement dans les villages ruraux, célébraient la récolte par de grandes fêtes, avec boisson et repas.

Après tout, le grain est fait dans le pain, la bière et le vin étaient fait et le bétail était abattu pour l'hiver arrivant.

 

Célébrez Mabon vous-même avec une grande fête !

 

Magie et Mythologie :

 

Presque tous les mythes et les légendes populaires en ce moment de l'année se concentrent sur les thèmes de vie, mort et renaissance.

Pas beaucoup de surprise, quand vous considérez que c'est le temps à lequel la terre ne commence à mourir avant que l'hiver ne survienne!

Demeter et Sa Fille

Peut-être le mieux connu de toutes les mythologies de récolte est l'histoire de Demeter et Persephone.

Sa fille, Persephone, a attiré l'attention d'Hadès. Quand les Enfers ont enlevé Persephone, le chagrin de Demeter a causé la mort de la récolte sur la terre.

Au moment où elle a finalement récupéré sa fille, Perséphone avait mangé six graines de grenade et était condamnée à passer six mois de l'année dans les Enfers.

Ces six mois sont le temps où la terre meurt, commençant à l'équinoxe d'automne.

La Déesse Inanna

La Déesse Sumerienne Inanna est l'incarnation de la fertilité et l'abondance.

Inanna est descendu dans les Enfers où sa soeur, Ereshkigal, gouvernait.

Erishkigal décréta qu'Inanna pourrait seulement entrer dans son monde d'une certaine manière - dénudée de ses vêtements et de ses possessions terrestres.

Au moment où Inanna arrivait, Erishkigal lacha une série de fléaux sur sa soeur, tuant Inanna.

Tandis qu'Inanna rendait visite aux Enfers, la terre a cessé de croître et de produire.

Un vizir ramena Inanna à la vie et la renvoya sur la terre.

Tandis qu'elle revenait à la vie, la terre retrouva son ancienne gloire.

 

Célébrations Modernes

 

Pour les Druides contemporains, Mabon est la célébration d'Alban Elfed, qui est un temps d'équilibre entre la lumière et l'obscurité.

Beaucoup de groupes Asatru honorent l'équinoxe d'automne comme un festival sacré dédié à Freyr.

Pour la plupart des Wiccans et des Néo-païens, c'est un temps de communauté et de parenté.

Il n'est pas rare de trouver une célébration de Jour de Fierté Païenne ( la Pagan Pride) liée à Mabon.

Souvent, les organisateurs incluent une promenade alimentaire parmi les festivités, pour célébrer la générosité de la récolte et partager avec les moins chanceux.

Si vous voulez célébrer Mabon, offrez des remerciements pour les choses vous avez et prenez du temps pour réfléchir sur l'équilibre dans votre propre vie, honorant tant l'obscurité que la lumière.

Invitez vos amis et famille pour un banquet et offrez vos bénédictions parmi la famille et la communauté.

 

(Source : Lunia)

 


12/09/2018
0 Poster un commentaire

RITUEL DE KORRIGANNE POUR LAMMAS

Prenez du blé et placez les brins en 4 bouquets chacun tourné vers une des 4 directions (nord, est, ouest, sud).

Au centre placez un grand récipient dans lequel vous verserez de l'eau (issue directement de la nature de préférence, évitez le robinet ou les eaux minérales), puis des fleurs de saisons que vous aurez préalablement cueillies.

Laissez-les flotter. Chaque personne participant au rituel se munira d'une bougie, de préférence de cire d'abeille, sinon une bougie jaune orangée, si vous n'en avez pas, des bougies blanches font toujours l'affaire!

Chaque personne doit se placer autour du récipient central, les bouquets de blé à l'extérieur.

 

Si vous êtes plusieurs formez un cercle.

 

Maintenant déclamez à haute voix :

 

"Oh Dieu Lugh à la longue main,

Accompagne ce jour sans attendre demain,

Rejoins cette assemblée

En ce long jour d'été."

Posez-vous, inspirez, visualisez.

Dites (remplacez "nous" par "je" si vous faites ce rituel en solitaire) :

"Le temps des moissons est venu

Ainsi passent les saisons,

Et nous savons ce qui est dû

D'un été généreusement fécond.

Merci du don dont tu nous gratifies

Nous apprécions chacun de tes fruits.

Nous gouterons à chaque repas,

Les bienfaits de Lughnasadh."

 

Laissez les bougies se consumer.

 

Profitez, fêtez, mangez, dansez, sortez, vivez autant que vous le pouvez !

 

(Source :Korrigane·Lundi 30 juillet 2018)

 


02/08/2018
0 Poster un commentaire

FETER LUGHNASAD VERSION SORCIERE SOLITAIRE

Sorcière solitaire je suis et j'ai naturellement envie de fêter les sabbats avec des soeurs sorcières mais je n'en pas dans mon environnement...

 

Pas de problème, les sabbats c'est un moment privilégié pour me retrouver seule avec moi-même, personnellement, moi-je... En somme je cultive mon EGOOOOO

 

Nan, je laisse une bonne grosse place au SOi et au Divin naturellement

 

Alors je fais quoi ???

 

Au programme, cette année :

 

- Décoration de mon autel bien entendu aux couleurs de Lughnasad

 

-Méditation dans la forêt avec bain de forêt en prime "une petite" balade de 2 heures me paraît bien sympathique

 

-Offrandes pour remercier de tous ce que j'ai reçu depuis Lughnasad et encore et toujours gratitudes...

 

- Pour finir, un chant et un tirage de cartes divinatoires aux couleurs de Lughnasad que j'ai trouvé ici: http://www.lesarcanesdemorrigann.com/pages/consultations/consultations-des-sabbats/lughnasadh-lammas.html

 

Lughnasadh c'est le temps de l'abondance, de soi vers l'extérieur et de l'extérieur vers soi, un passage pour savourer ce dont nous avons pu profiter au cours de nos actions passées, de tout ce que nous avons accompli et de partager avec autrui ce que notre coeur nous dicte, nous dit...

Et dans mon cas, ce peut-être un sourire pour la personne qui passe sur le chemin devant ma maison ou bien laisser des offrandes à Gaïa bien sûr ou bien à la faune de mon jardin et apporter de l'eau au pied des arbres par ce temps de canicule...

Faites ce que votre coeur vous dicte, le maître mot : gratitude, abondance, partage, joie, fête...

 

La richesse n'est pas nécessairement matérielle, elle est symbolique, spirituelle, créative et on trouve toujours quelqu'un à qui profite nos "bienfaits"

 

Et vous, les solitaires en particulier qu'en est-il pour vos festivités ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


02/08/2018
0 Poster un commentaire

LUGHNASAD, LUGHNASADH, Lúnasa (LAMMAS) : un peu d'histoire

Lughnasadh ou Lugnasad se fête le jour de la maturité de tous les fruits. Le sens étymologique du terme est «assemblée de Lug ».

C'est une fête dont on a très peu de sources Gauloises, de fait nous sommes obligés de nous tourner vers l'Irlande, une fois de plus. Et là, les sources sont très pertinentes.

Lugnasad était une fête en l'honneur de la Déesse Tailtiu qui représentait la Terre-Mère en Irlande, l'Irlande elle-même mais en tant qu'Omphalos (le nombril du monde, le point de l'espace où se rejoignent le ciel et la terre, les morts et les vivants, mais aussi où s'annihile le temps).

La souveraineté féminine de l'Irlande est ainsi mise en évidence, comme c'est souvent le cas. C'est Lug en personne qui fut le promoteur de la fête en l'honneur de sa nourricière. Celle-ci est morte pour assurer la pérennité de son peuple et chaque fête lui permet de « revenir » pour maintenir la richesse matérielle.

Pour célébrer cette fête, les jeux étaient à l'honneur, des jeux funèbres en l'honneur de la Mère de Lug. Les richesses doivent être exposées : or, argent, jeux, musique etc. On faisait aussi des concours d'éloquence, le tout dans la bonne humeur (pas de querelles, l'amitié devait prévaloir avec l'honnêteté, la légèreté). La magie noire était interdite également.

Lugnasad était une fête obligatoire (sous peine d'orgueil et de vieillissement prématuré mais pas de mort comme pour Samonios), divine, perpétuelle, royale garantissant la paix et l'abondance. Les druides y assistaient en faisant des concours de rhétorique et de sciences dans un esprit de coopération, les guerriers aussi mais pas à cheval et en paix, et enfin le peuple des agriculteurs, respecté pour sa fonction utile à la royauté et au bien-être de chacun.

En transposant cela pour la Gaule celtique, la fête peut tout à fait demeurer une fête en l'honneur de notre sol et de la Terre-Mère (sans son aspect de fertilité dévolu ici au roi) tout en fêtant la souveraineté de son Fils Lugus, un des Dieux les plus

importants du panthéon celtique gaulois également.

 

(Source : http://www.autourdelalune.com/astrologie-et/fetes-druidiques-et-astrologie.html#ixzz5MoXUqFe)

 

[...]

 

Dans sa thèse soutenue à l’université de Boston en 1962 sur l’antique Lugnasad et ses rites, la journaliste et folkloriste irlandaise Màire MacNeill étudie les origines, les rites et la persistance de cette fête dans l’Irlande chrétienne. Elle relève 195 sites où des célébrations ont lieu aux alentours du 1er août. Le plus connu est la montagne Croagh Patrick où des milliers de pèlerins affluent le dernier dimanche de juillet (Reek Sunday) pour la gravir et y déposer des fleurs ou des céréales. Pour MacNeill, ce n’est autre qu’une des nombreuses survivances de Lugnasad.

D’autres coutumes ont perduré : la visite des fontaines dont on fait le tour dans le sens du Soleil en exprimant ses vœux de prospérité et de bonne santé. Ce rite est attesté dans les écrits irlandais du XVème siècle. Il faut aussi souligner la survivance des foires traditionnelles : celles du comté de Clare et de Kerry font toujours la joie des touristes.

Bien sûr, comme le relève MacNeill, ces célébrations étaient dénuées de toute signification païenne. Il s’agissait d’un simple folklore colorant la vie chrétienne des Irlandais. L’appellation Lugnasad était d’ailleurs inusitée, puisqu’on ne célébrait plus Lug et les anciens dieux. C’est au XIXème siècle que resurgit Lugnasad avec la redécouverte du paganisme qui a bonne presse chez les romantiques. Étrangement, ce ne sont pas les Irlandais mais les Britanniques qui se passionnent pour ce passé celtique. C’est compréhensible : l’Irlande n’avait jamais perdu ses traditions celtiques qui rythmaient toujours la vie des Irlandais modernes christianisés.

Des mouvements néodruidiques se sont en revanche formés dès le XIXème siècle en Angleterre, au Pays de Galles et en Bretagne. Le néopaganisme n’ayant pas de liturgie officielle, les rituels varient selon les pays et les groupes. Là où certains préfèrent mettre l’accent sur la convivialité et le partage, d’autres souhaitent imiter au maximum les rites antiques. Enfin, certains se concentrent sur la transcendance et l’aspect spirituel. Même le choix de la date peut varier : la nuit du 31 juillet au 1er août, ou celle du 1er au 2 août. Certains groupes fêtent même le 7 août, soit l’exact milieu entre le solstice d’été et l’équinoxe d’automne. Notons que dans l’hémisphère sud, Lugnasad se célèbre le 1er février.

Outre ces variations, l’ensemble des néopaïens celtisants s’accordent à voir dans Lugnasad une fête célébrant la terre nourricière et généreuse, l’été au maximum de la chaleur et de la fructification. Comme pour leurs ancêtres, c’est aussi une occasion propice au partage et à la dégustation des mets faits à base de produits de la nouvelle récolte.

Enfin, une des coutumes les plus répandues dans les groupes néodruidiques est de faire circuler parmi les membres réunis en cercle une couronne de chêne, symbole de l’année qui s’écoule. En effet, le paganisme celte a une vision cyclique et non linéaire du temps. L’apogée n’est que le début du déclin. Si Lugnasad est le point culminant de l’été et de la fructification, c’est aussi le signe annonciateur de l’écoulement de l’année. Il n’est pas loin, l’automne qui verra la Nature entrer dans un sommeil avant de renaître au printemps après les sombres mois d’hiver..

Nicolas Kirkitadze

 

(Source : https://www.breizh-info.com/2017/08/06/75044/lugnasad-fete-celtique-de-recolte-de-souverainete)

 

Et encore :

 

L’ours, emblème guerrier et royal, est associé à la fête.  En Gaule, la déesse Artio, dont le nom est celui de l’ourse, en marque le caractère féminin. La constellation de la Grande Ourse féconde  la Terre Mère de ses rayons cosmiques. La fête, dans sa signification cosmique, célèbre les épousailles entre le Ciel et la Terre.

Le cheval, pour ce qu’il représente de vélocité, de beauté et de vigueur sexuelle est également un symbole associé à la fête. Animal psychopompe, le cheval rappelle que la mort participe à la vie dans le cycle de la nature.

Le corbeau, oiseau de bon augure associé à Lug est également un symbole de Lugnasad. Dans la tradition des Celtes, le corbeau était un messager du divin. Le corbeau a été associé au roi Arthur. Dans la légende arthurienne, il représentait l’aspect solaire du personnage légendaire, mi roi, mi-dieu. La tradition chrétienne a inversé le symbolisme du messager des dieux celtes. Le corbeau devint l’oiseau de mauvais augure, caractérisé par la noirceur de son plumage.

Le chêne, symbole de force et de stabilité, est associé à cette fête. Lugnasad donne lieu à une cérémonie festive d’hommage symbolique au soleil et à la Terre nourricière. Cette fête est l’occasion de débattre des affaires du groupe constitué. C’est le moment propice aux assemblées de bilan pour la période passée et de projets pour la période à venir.

La période de Lugnasad (15 jours avant le 1er août et 15 jours après) est favorable aux alliances, aux mariages à l’essai qui étaient pratiqués par les Celtes et aux contrats de mariage conclus après une période d’essai satisfaisante.

Le 6 août est célébrée la Transfiguration de Jésus qui, sur le Mont Tabor, a révélé sa nature divine sous une forme glorieuse à trois de ses disciples : Pierre, Jacques et Jean. La Bible décrit l’événement :…son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.

Le 13 août était célébrée la fête préchrétienne de Diane, la Déesse Mère. En Gaule, elle était nommée Diane Némétone, associée au bosquet sacré. La déesse était représentée avec à la main une branche de pommier et un vase à cyder. Le cyder était un mets fait d’un chevreau rôti, embroché sur des branches de noisetier, accompagné de pommes. Au Moyen Âge, la fête du 15 août, dédiée à l’Assomption de Marie, la mère de Jésus, devait faire oublier la fête païenne. Ce n’est pourtant qu’en 1950 que le Pape Pie XII institue le dogme de l’Assomption de Marie.

Le deuxième dimanche de juillet se déroule la Troménie de Locronan dans le Finistère, une déambulation religieuse conduite par le clergé chrétien. Tous les six ans, la Grande Troménie rassemble les fidèles qui parcourent le périmètre du territoire accordé à Saint Ronan.

 

(Source : http://www.gwyon-mab-wrach.bzh/lugnasad-2/)

 

 


31/07/2018
0 Poster un commentaire

Beltane : activités magiques, coutumes... par les PORTES DU SIDH

(Source : par un auteur inconnu, traduction Lune sur : http://www.le-sidh.org/wicca/sabbats/beltane/beltane-activites-magiques-coutumes-etc/)

« La Rosée est récoltée à l’aube du matin de Mai car elle entre dans la composition de très nombreux charmes.  » Alchémille dans notre jardin sorcier. Réceptacle à rosée. "

Beltane marque l’apogée de la saison printanière. Le règne de la Déesse commence, le Dieu lui abandonne cette moitié de l’année. L’emphase est mise sur toutes choses « inutiles », éphémères qui font le bonheur des hommes et des femmes, telles que l’amour, la beauté, la gaieté et les arts. Ces choses-là sont les récoltes des labeurs prospères dont nous pouvons jouir à notre aise. Elles élèvent notre conscience à un niveau supérieur à la simple survie. Ces énergies, projetées dans les feux de Beltane, en font un charme puissant.

 

Thèmes :

 

Les fleurs s’épanouissent. Les arbres et les arbustes sont en fleurs et les feuilles commencent à se déployer. La menace de neige et de gelées a pris fin (ndlt : chez nous, dans le centre de la France, pas avant la mi-mai !).

C’est le temps des dernières plantations et derniers labours (ndlt : là aussi, tout dépend de notre lieu d’habitation, chez nous ce n’est que le début). C’est la pleine saison du lait.

La grande fête de Baal (feu du soleil), un dieu du Soleil et de la végétation, avait lieu à cette même période ; comme pour Olwen, une forme galloise de Vénus ; Belili, sœur et amante de Tamuz, Priape, Pan et Eros ; Maia, la mère de Mercure ; Terminus, dieu romain des bornes (ndlt : il semblerait plutôt qu’il fut fêté lors des Terminalia du 23 février); Aphrodite et Venus; la romaine Flora.

Saint Georges est la version chrétienne du dieu de la végétation. Tué par le Géant (Mort), il est ressuscité par le Fou (Soleil) puis il tue le Dragon (Hiver), au cours d’une pièce mimée du printemps.

Arrivée de Robin des Bois, de la Vierge Marianne et des Joyeux Compagnons, de Merlin et de la fée Viviane ou Nimue, et de la légende de Gauvain et du Chevalier Vert. Fête de Pluton ou Hadès et de Walburga, une Déesse de la Terre teutonique convertie en Sainte Chrétienne.

 

But des Rites :

 

Pour assurer la croissance et la bonne santé des champs. Magie pour le bonheur en amour. Union sexuelle parmi les personnes qui sont unies à la force-de-vie de toute la nature. Magie du Feu pour renforcer le soleil et obtenir des pluies bienfaitrices.

 

Coutumes Populaires :

 

Lors des trois derniers jours d’avril, les maisons sont nettoyées et purifiées par fumigation de rue et de baies de genévrier. Les couples vont des les bois la Veille de Mai, construisent de petites huttes de branchages feuillés et y restent toute la nuit. À l’aube, ils reviennent les bras chargés des branches vertes et fleuries, en décorent les maisons et les linteaux de porte, de maison en maison, en chantant des Chants de Mai. Un Mât de Mai, coupé du tronc droit d’un jeune arbre, est rapporté des bois, décoré avec des rubans, des fleurs et des branchages verts – ou des fleurs et des feuillage sont rapportées des bois pour décorer (et symboliquement revivifier) un Mât de Mai permanent au centre du village.

Défilé des Trayeuses et « balayeuses ». Une procession fait le tour des bornes et autres points de repères importants, en les battant à l’aide de baguettes de saule – il s’agit de rite de purification, cela ne fait aucun doute. Les puits sont décorés de fleurs et bénis (à l’origine, sans doute, on se conciliait l’esprit du puits avec des offrandes) souvent au cours de la même procession.

La Rosée est récoltée à l’aube du matin de Mai car elle entre dans la composition de très nombreux charmes.

Un roi et une reine sont couronnés, parfois par des personnes qui déguisés en Merlin et Viviane, parfois par le Maire.

Georges-le-Vert (aka Jack O’ l’Homme Vert) est un homme dissimulé sous un masque et un déguisement recouverts de feuilles vertes, représentant l’esprit de la végétation. Il danse et tournoie dans les processions, et les gens l’aspergent avec de l’eau (il s’agit de toute évidence d’un ancien charme pour faire tomber la pluie). Parfois, il lance du fourrage aux animaux. Il va avec la procession de Mai, de maison en maison pour collecter de la nourriture offerte à la troupe de théâtre – montrant ainsi que le Printemps apporte de quoi se nourrir.

Il y a des défilés de Cheval-bâton (bâtons emmanchés d’une tête de cheval en bois) dans de nombreuses régions d’Angleterre et d’Europe, notamment en Cornouailles, le plus célèbre et puissant magiquement se tient à Padstow. Les processions de jeunes filles vêtues de blanc chantent des chants de Mai et conduisent une petite Reine de Mai.

 

Décorations Symboliques :

 

De nombreux petits Mâts de Mai – mâts décorés avec des fleurs, des feuillages et des rubans.

Guirlandes – petits cerceaux décorés de la même manière. Bouleau, Aubépine, Muguet, Sorbier, Saule. Des tonnes de fleurs.

 

Activités Sociales :

 

Compétitions athlétiques, expositions florales, courses de chevaux.

 

Le Rituel :

 

L’autel peut être placé à l’Est du Sud-Est, drapé de blanc comme fond pour les décorations florales. Utilisez des bougies blanches.

Les Rites sont célébrés la Veille, juste après la tombée de la nuit. Mettre l’accent sur les encens de bannissement, comme à Ostara. Battre également l’autel, les Tours de Garde et les participants à l’aide d’une verge de saule – juste un coup léger – pour chasser les mauvaises influences, qui n’évoque aucunement une punition.

Invoquer la Déesse comme tout ou partie des Déesses dont les fêtes sont célébrées à la même période ; idem pour le Dieu.

Charger le feu de magie afin qu’il porte bonheur aux amoureux.

Les bases matériels pour la communion sont les habituels gâteaux de Sabbat en forme de croissant et le Vin de Mai (vin blanc, habituellement de la Vallée du Rhin, dans lequel on aura fait macérer de l’aspérule odorante pendant au moins quelques heures.)

Ensuite, les couples peuvent sauter au-dessus du feu mourant afin de profiter de sa charge magique. Les cendres et morceaux de bois calcinés de ce feu portent également cette charge magique, et lors de tous Sabbats, les membres du Coven peuvent en rapporter chez eux et en disperser dans leurs jardins, sur les plantes, les animaux domestiques, ou les utiliser d’autres façons comme sortilège.

Les membres du Coven porteront des couronnes de fleurs et d’herbes, en particulier des roses et de la verveine, s’ils peuvent s’en procurer, ainsi que de jolis vêtements, en harmonie avec le printemps et ornés de fleurs et de feuilles.

Les Rites du Jour de Beltane débutent dès que les gens sont prêts à se lever le matin. Ces rites devraient comprendre nombre des coutumes folkloriques mentionnées ici, dont celle d’un Roi et d’une Reine intronisés dans leur pavillon de feuillages. Ils représenteront la Jeune Déesse de l’Amour et le Dieu Vert Priapique. Ils présideront aux festivités, qui comprennent une Danse du Mât de Mai, des sports et des jeux.

 


02/05/2018
0 Poster un commentaire